Puéricultrice, une formation en pleine mutation

100 %

de diplômés (2022-2023)

95 %

de satisfaction (2022-2023)

La Puéricultrice Diplômée d’État exerce des activités de soin et d’éducation dans les établissements de santé et de réadaptation publics et privés accueillant des enfants de la naissance à l’adolescence, dans les établissements et services d’accueil des enfants de moins de 6 ans ainsi que dans les services de protection et promotion de la santé, en faveur de la mère et de l’enfant et de l’aide sociale à l’enfance.

La formation s’adresse aux professionnels de santé issus de la filière infirmière ou sage-femme, qui ont choisi de s’orienter vers une spécialisation de la formation infirmière et de travailler auprès d’enfants de la naissance à 18 ans.

La puéricultrice est une infirmière spécialisée ou une sage-femme qui a développé des compétences d’expertise clinique et dont les missions sont de maintenir, restaurer et promouvoir la santé de l’enfant de la naissance à l’adolescence, de le protéger et de contribuer à son développement optimal en favorisant son éveil, son autonomie et sa socialisation tout en tenant compte de son environnement familial et social.

Les activités de la puéricultrice concourent à l’accompagnement de la fonction parentale et participent, dans le cadre de projets de soins et de projets éducatifs pluri-professionnels, à la protection des enfants, à leur intégration dans la société, à la lutte contre les exclusions.

PUBLIC ET PRÉREQUIS

Pour être admis à suivre la formation, les candidats doivent :

  • Être titulaire d’un Diplôme d’État d’infirmier ou du diplôme d’Etat de sage femme,
  • Avoir passé avec succès les épreuves du concours.

NOS ATOUTS

  • Formation en alternance théorie et pratique
  • Interventions de formateurs experts diversifiés (pédiatres, infirmiers puériculteurs, juristes, sociologues, diététiciens…)
  • Organisation de temps d’approfondissement et de révisions
  • Accompagnement de chaque étudiant dans son projet de formation
  • Utilisation de plateaux de simulation en santé
  • Intégration dans un réseau de terrains de stages spécialisés

COMPÉTENCES ACQUISES EN FIN DE FORMATION

  • Analyser les demandes de la population, évaluer les situations à risque et prendre en compte les situations complexes et singulières concernant les nouveau-nés, enfants et adolescents.
  • Maintenir, restaurer et promouvoir la santé de l’enfant de la naissance à l’adolescence.
  • Protéger et contribuer au développement optimal de l'enfant en favorisant son éveil, son autonomie et sa socialisation tout en tenant compte de son environnement familial et social.

MODALITÉS D’ÉVALUATION DE LA FORMATION

Les modes d’évaluation sont prévues par le référentiel de formation conformément aux textes en vigueur (Arrêté du 13 juillet 1983 relatif au programme des études préparant au diplôme d’État de Puériculture et Arrêté du 12 décembre 1990 relatif à la scolarité, au diplôme d’État de puériculture et au fonctionnement des écoles). Les évaluations sont réparties sur toute l’année de formation :

  • Évaluations individuelles ou en groupes restreints associant contrôle de connaissance et analyses de situations
  • Les stages cliniques font l’objet d’une évaluation par un maître de stage pour chacun d’entre eux

Pour obtenir le diplôme, il faut valider 10 capacités.

CERTIFICATION

Diplôme d’État d’Infirmier Puériculteur (niveau VI)

Possibilité de valider un ou des blocs de compétences : Non

Possibilité d’équivalence : Non

Possibilité de passerelles : Non

Le diplôme d’Infirmière Puéricultrice est enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) sous le n° RNCP38529. Le certificateur est le Ministère chargé de la Santé.

EFFECTIF

 22 places/ promotion

CERTIFICATION QUALITE

Notre formation est certifiée QUALIOPI pour la mention « actions de formations ».
infirmière puéricultrice,périnatalité,erip,ipde,puéricultrice,dijon

TARIFS

  • Droit d’inscription au concours : 110€
  • Frais de scolarité : 7500€ pour les apprenants en formation initiale, en autofinancement et en formation continue

Les tarifs sont susceptibles d’être actualisés chaque année.

Formation éligible au CPF.

FINANCEMENTS

Différentes prises en charge financières sont possibles selon votre situation. 

Nous vous invitons à vous renseigner auprès des organismes suivant : organismes de fonds de formation (OPCO, TRANSITION PRO, CPF…), Pôle Emploi, votre employeur.

Vous pouvez contacter le secrétariat de la filière de formation afin d’obtenir un devis personnalisé selon votre situation.

PROGRAMME

La formation d’infirmière puéricultrice est encadrée par les Arrêtés du 13 juillet 1983 et du 12 décembre 1990 relatif à la scolarité et au diplôme d’État de puériculture.

La formation, alternant le travail théorique réalisé en institut et les apprentissages cliniques effectués en stage, est réalisée sur 12 mois.

Les enseignements théoriques sont dispensés autour de 8 domaines de savoirs :

  • Domaine 1 : Sciences infirmières spécialisées en puériculture
  • Domaine 2 : Sciences humaines, sciences sociales et droit
  • Domaine 3 : Sciences biologiques et médicales
  • Domaine 4 : Sciences cliniques et techniques de l’infirmière puéricultrice
  • Domaine 5 : Management
  • Domaine 6 : Méthodes et outils
  • Domaine 7 : Recherche en sciences infirmières spécialisées en puériculture
  • Domaine 8 : Intégration des savoirs et posture professionnelle

STAGES

La formation clinique comprend 5 types de stage (Maternité – Néonatalogie – Pédiatrie – PMI et EAJE) dont 3 stages d’une durée de 4 semaines et 2 stages d’une durée de 5 semaines.

MÉTHODES ET MOYENS PÉDAGOGIQUES

  • Cours en présentiel ou en distanciel.
  • Méthodes pédagogiques diversifiées : recherches et travaux sur documents, retours d’expérience, réflexions professionnelles individuelles ou en groupes, interventions de professionnels, jeux de rôle et simulations.
  • Participation à des journées d’étude et/ou séminaires, conférences.
  • Suivi pédagogique individualisé avec un formateur référent : entretiens individuels en début et en cours de formation pour vous accompagner dans votre projet et dans votre cursus de formation.

790 H

d'enseignement théorique

710 H

d'enseignement clinique (stage)

Calendrier et dates clés

Ouverture des inscriptions :

08/01/2024

Épreuve écrite d'admissibilité :

15/03/2024

Résultats d'admissibilité :

3/04/2024 à 16h

Clôture des inscriptions (cachet de la poste faisant foi) :

23/02/2024

Épreuve orale d'admission :

23-30/05/2024

Résultats d'admission :

4/06/2024 à 16h

MODALITÉS D’ACCÈS

Peuvent être admis à se présenter :

  • les personnes titulaires d’un Diplôme d’État de Sage-Femme ou d’Infirmière,
  • les élèves effectuant une troisième année dans un IFSI ou en dernière année de formation dans une école de sages-femmes.

Votre dossier d’inscription complété est à retourner par voie postale à l’adresse suivante :

Campus paramédical – École Régionale d’Infirmières Puéricultrices

Sélection 2024

12 bd Maréchal de Lattre de Tassigny

BP 77908

21079 DIJON Cedex

Un accusé de réception de votre dossier sera envoyé par courriel, aucune réponse téléphonique de réception de dossier ne sera communiquée. Tout dossier reçu ou déposé hors délai sera refusé ainsi que les dossiers incomplets. Tout dossier refusé sera retourné au candidat.

Frais d’inscription concours : 110 € (à l’ordre de la Trésorerie des Hôpitaux de Côte d’Or)

 Pré-requis

Les pré-requis supposent une maîtrise du programme conduisant au diplôme d’État d’Infirmier (Cf. arrêté du 31 janvier 2009 relatif au diplôme d’Etat d’infirmier).

Les candidats doivent posséder une connaissance approfondie en anatomie, physiologie, hygiène, soins infirmiers, pharmacologie et législation hospitalière et professionnelle. Ci-joint le programme de révision.

Les épreuves de sélection

Les conditions d’admission sont conformes à l’Arrêté du 12 Décembre 1990 relatif à la scolarité, au diplôme d’État de puéricultrice et au fonctionnement des écoles.

2 épreuves écrites et anonymes d’admissibilité :

  • Une épreuve comportant 40 questions à choix multiple (QCM) et 10 Questions à Réponses Ouvertes et Courtes (QROC) permettant de vérifier les connaissances des candidats
  • Une épreuve de tests psychotechniques permettant d’évaluer les capacités d’analyse et de synthèse des candidats.

Durée de chacune des 2 épreuves : 1h30

Notation sur 20 points.

Une note inférieure à 7 est éliminatoire

Seront déclarés admissibles les candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 20 points sur 40.

La liste alphabétique des candidats déclarés admissibles est affichée au Campus Paramédical et disponible sur le site Internet  https://campus-paramedical.chu-dijon.fr le mercredi 3 avril à 16h.

Chaque candidat reçoit la notification de ses résultats par mail.

Aucun résultat n’est communiqué par téléphone.

Une épreuve orale d’admission :

  • Cette épreuve orale porte sur l’étude d’une situation en rapport avec l’exercice professionnel infirmier, dont le sujet est tiré au sort par le candidat parmi les questions préparées par le jury.

Temps de préparation : 20 mn

Durée de l’exposé : 20 mn

Notation sur 20 points

Une note inférieure à 7 est éliminatoire

Listes de classement

 A l’issue des épreuves de sélection, le jury final établit 2 listes de classement différenciant les candidats admis sur :

  • Liste Principale : les candidats ayant un total de points égal ou supérieur à 20 sur 40 sont classés par ordre de mérite

22 places sous réserve de reports des années précédentes

  • Liste Complémentaire : les candidats ayant un total de points égal ou supérieur à 20 sur 40, sans note éliminatoire

Les résultats d’admission sont valables pour la rentrée scolaire au titre de laquelle ils ont été publiés. Pour des raisons exceptionnelles (refus de prise en charge financière, grossesse, congé d’adoption, rejet de demande de congé de formation…), le directeur de l’école peut accepter un report. L’ensemble de ces reports ne peut excéder deux années.

Report de scolarité

Le directeur du Campus peut accorder, dans la limite cumulée de deux ans, un report pour l’entrée en formation dans l’institut de formation :

  • Soit de droit pour cause de maternité, de congé d’adoption, de rejet du bénéfice de la promotion professionnelle, de rejet d’une demande de congé de formation, de rejet d’une demande de mise en disponibilité, la garde d’un enfant de moins de quatre ans.
  • Soit, de façon exceptionnelle, sur la base des éléments apportés par le candidat justifiant de la survenance d’un évènement important l’empêchant de débuter sa formation.

Lorsque, dans une école, la liste complémentaire établie à l’issue des épreuves d’admission n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des places offertes, le directeur de la formation concernée peut faire appel à des candidats inscrits sur la liste complémentaire d’autres écoles, restés sans affectation à l’issue de la procédure d’admission. Ces candidats sont admis dans les écoles dans l’ordre d’arrivée de leur demande d’inscription et dans la limite des places disponibles. Cette procédure d’affectation des candidats dans les écoles ne peut être utilisée que pour l’année scolaire au titre de laquelle les épreuves d’admission ont été organisées.

Aménagement des épreuves

Les candidats présentant un handicap peuvent déposer une demande d’aménagement des épreuves du concours. Ils adressent leur demande à l’un des médecins désignés par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (Maison Départementale des Personnes Handicapées [MDPH]) ou à un médecin agréé par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ils informent l’école lors de leur inscription. Une fois l’accord obtenu, ils transmettent à l’institut de formation la pièce justificative précisant les aménagements particuliers pour les épreuves, dans un délai de 15 jours avant les épreuves.

Conditions médicales d’admission

L’admission définitive en formation est subordonnée à la production, au plus tard le jour de la première entrée en stage, d’un certificat médical de vaccinations, établi par un médecin, conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France.

Selon l’arrêté du 2 août 2013 fixant les conditions d’immunisation des personnes mentionnées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique : « Les élèves ou étudiants mentionnés à l’article 1er de l’arrêté du 6 mars 2007 susvisé sont soumis aux obligations d’immunisation mentionnées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique. Au moment de leur inscription dans un établissement d’enseignement et, au plus tard, avant de commencer leurs stages dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention ou de soins, ils apportent la preuve qu’ils satisfont aux obligations d’immunisation mentionnées à l’article L. 3111-4. À défaut, ils ne peuvent effectuer leurs stages ».

Le protocole de vaccination en regard de l’hépatite B nécessite 6 mois. Il est donc impératif de débuter la vaccination dès l’inscription au concours. Si à ce jour, vous n’êtes pas vacciné(e) contre l’hépatite B, il est indispensable de débuter la vaccination, dès l’inscription au concours, en respectant les modalités suivantes :

– 1ère et 2ème injection à au moins un mois d’intervalle ;

– 3ème injection au moins 6 mois après la 1ère injection ;

– dosage des anticorps anti-HBs et de l’antigène de l’hépatite B au moins un mois après la 3ème injection et avant l’entrée en formation.

ACCESSIBILITÉ

L’Institut étudiera l’adaptation des moyens de la prestation pour les personnes en situation de handicap.
Nous vous invitons à nous contacter pour obtenir des informations.

Nous vous invitons à contacter le secrétariat de la filière de formation ou l’un de nos référents handicap pour obtenir des informations.

Métier

La Puéricultrice Diplômée d’État exerce des activités de soin et d’éducation dans les établissements de santé et de réadaptation publics et privés accueillant des enfants de la naissance à l’adolescence, dans les établissements et services d’accueil des enfants de moins de 6 ans ainsi que dans les services de protection et promotion de la santé, en faveur de la mère et de l’enfant et de l’aide sociale à l’enfance.

La formation s’adresse aux professionnels de santé issus de la filière infirmière ou sage-femme, qui ont choisi de s’orienter vers une spécialisation de la formation infirmière et de travailler auprès d’enfants de la naissance à 18 ans.

La puéricultrice est une infirmière spécialisée ou une sage-femme qui a développé des compétences d’expertise clinique et dont les missions sont de maintenir, restaurer et promouvoir la santé de l’enfant de la naissance à l’adolescence, de le protéger et de contribuer à son développement optimal en favorisant son éveil, son autonomie et sa socialisation tout en tenant compte de son environnement familial et social.

Les activités de la puéricultrice concourent à l’accompagnement de la fonction parentale et participent, dans le cadre de projets de soins et de projets éducatifs pluri-professionnels, à la protection des enfants, à leur intégration dans la société, à la lutte contre les exclusions.

Présentation

PUBLIC ET PRÉREQUIS

Pour être admis à suivre la formation, les candidats doivent :

  • Être titulaire d’un Diplôme d’État d’infirmier ou du diplôme d’Etat de sage femme,
  • Avoir passé avec succès les épreuves du concours.

NOS ATOUTS

  • Formation en alternance théorie et pratique
  • Interventions de formateurs experts diversifiés (pédiatres, infirmiers puériculteurs, juristes, sociologues, diététiciens…)
  • Organisation de temps d’approfondissement et de révisions
  • Accompagnement de chaque étudiant dans son projet de formation
  • Utilisation de plateaux de simulation en santé
  • Intégration dans un réseau de terrains de stages spécialisés

COMPÉTENCES ACQUISES EN FIN DE FORMATION

  • Analyser les demandes de la population, évaluer les situations à risque et prendre en compte les situations complexes et singulières concernant les nouveau-nés, enfants et adolescents.
  • Maintenir, restaurer et promouvoir la santé de l’enfant de la naissance à l’adolescence.
  • Protéger et contribuer au développement optimal de l'enfant en favorisant son éveil, son autonomie et sa socialisation tout en tenant compte de son environnement familial et social.

MODALITÉS D’ÉVALUATION DE LA FORMATION

Les modes d’évaluation sont prévues par le référentiel de formation conformément aux textes en vigueur (Arrêté du 13 juillet 1983 relatif au programme des études préparant au diplôme d’État de Puériculture et Arrêté du 12 décembre 1990 relatif à la scolarité, au diplôme d’État de puériculture et au fonctionnement des écoles). Les évaluations sont réparties sur toute l’année de formation :

  • Évaluations individuelles ou en groupes restreints associant contrôle de connaissance et analyses de situations
  • Les stages cliniques font l’objet d’une évaluation par un maître de stage pour chacun d’entre eux

Pour obtenir le diplôme, il faut valider 10 capacités.

CERTIFICATION

Diplôme d’État d’Infirmier Puériculteur (niveau VI)

Possibilité de valider un ou des blocs de compétences : Non

Possibilité d’équivalence : Non

Possibilité de passerelles : Non

Le diplôme d’Infirmière Puéricultrice est enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) sous le n° RNCP38529. Le certificateur est le Ministère chargé de la Santé.

EFFECTIF

 22 places/ promotion

CERTIFICATION QUALITE

Notre formation est certifiée QUALIOPI pour la mention « actions de formations ».
infirmière puéricultrice,périnatalité,erip,ipde,puéricultrice,dijon
Tarifs / Financements

TARIFS

  • Droit d’inscription au concours : 110€
  • Frais de scolarité : 7500€ pour les apprenants en formation initiale, en autofinancement et en formation continue

Les tarifs sont susceptibles d’être actualisés chaque année.

Formation éligible au CPF.

FINANCEMENTS

Différentes prises en charge financières sont possibles selon votre situation. 

Nous vous invitons à vous renseigner auprès des organismes suivant : organismes de fonds de formation (OPCO, TRANSITION PRO, CPF…), Pôle Emploi, votre employeur.

Vous pouvez contacter le secrétariat de la filière de formation afin d’obtenir un devis personnalisé selon votre situation.

Contenu

PROGRAMME

La formation d’infirmière puéricultrice est encadrée par les Arrêtés du 13 juillet 1983 et du 12 décembre 1990 relatif à la scolarité et au diplôme d’État de puériculture.

La formation, alternant le travail théorique réalisé en institut et les apprentissages cliniques effectués en stage, est réalisée sur 12 mois.

Les enseignements théoriques sont dispensés autour de 8 domaines de savoirs :

  • Domaine 1 : Sciences infirmières spécialisées en puériculture
  • Domaine 2 : Sciences humaines, sciences sociales et droit
  • Domaine 3 : Sciences biologiques et médicales
  • Domaine 4 : Sciences cliniques et techniques de l’infirmière puéricultrice
  • Domaine 5 : Management
  • Domaine 6 : Méthodes et outils
  • Domaine 7 : Recherche en sciences infirmières spécialisées en puériculture
  • Domaine 8 : Intégration des savoirs et posture professionnelle

STAGES

La formation clinique comprend 5 types de stage (Maternité – Néonatalogie – Pédiatrie – PMI et EAJE) dont 3 stages d’une durée de 4 semaines et 2 stages d’une durée de 5 semaines.

MÉTHODES ET MOYENS PÉDAGOGIQUES

  • Cours en présentiel ou en distanciel.
  • Méthodes pédagogiques diversifiées : recherches et travaux sur documents, retours d’expérience, réflexions professionnelles individuelles ou en groupes, interventions de professionnels, jeux de rôle et simulations.
  • Participation à des journées d’étude et/ou séminaires, conférences.
  • Suivi pédagogique individualisé avec un formateur référent : entretiens individuels en début et en cours de formation pour vous accompagner dans votre projet et dans votre cursus de formation.

790 H

d'enseignement théorique

710 H

d'enseignement clinique (stage)
Sélection / Inscription

Calendrier et dates clés

Ouverture des inscriptions :

08/01/2024

Épreuve écrite d'admissibilité :

15/03/2024

Résultats d'admissibilité :

3/04/2024 à 16h

Clôture des inscriptions (cachet de la poste faisant foi) :

23/02/2024

Épreuve orale d'admission :

23-30/05/2024

Résultats d'admission :

4/06/2024 à 16h

MODALITÉS D’ACCÈS

Peuvent être admis à se présenter :

  • les personnes titulaires d’un Diplôme d’État de Sage-Femme ou d’Infirmière,
  • les élèves effectuant une troisième année dans un IFSI ou en dernière année de formation dans une école de sages-femmes.

Votre dossier d’inscription complété est à retourner par voie postale à l’adresse suivante :

Campus paramédical – École Régionale d’Infirmières Puéricultrices

Sélection 2024

12 bd Maréchal de Lattre de Tassigny

BP 77908

21079 DIJON Cedex

Un accusé de réception de votre dossier sera envoyé par courriel, aucune réponse téléphonique de réception de dossier ne sera communiquée. Tout dossier reçu ou déposé hors délai sera refusé ainsi que les dossiers incomplets. Tout dossier refusé sera retourné au candidat.

Frais d’inscription concours : 110 € (à l’ordre de la Trésorerie des Hôpitaux de Côte d’Or)

 Pré-requis

Les pré-requis supposent une maîtrise du programme conduisant au diplôme d’État d’Infirmier (Cf. arrêté du 31 janvier 2009 relatif au diplôme d’Etat d’infirmier).

Les candidats doivent posséder une connaissance approfondie en anatomie, physiologie, hygiène, soins infirmiers, pharmacologie et législation hospitalière et professionnelle. Ci-joint le programme de révision.

Les épreuves de sélection

Les conditions d’admission sont conformes à l’Arrêté du 12 Décembre 1990 relatif à la scolarité, au diplôme d’État de puéricultrice et au fonctionnement des écoles.

2 épreuves écrites et anonymes d’admissibilité :

  • Une épreuve comportant 40 questions à choix multiple (QCM) et 10 Questions à Réponses Ouvertes et Courtes (QROC) permettant de vérifier les connaissances des candidats
  • Une épreuve de tests psychotechniques permettant d’évaluer les capacités d’analyse et de synthèse des candidats.

Durée de chacune des 2 épreuves : 1h30

Notation sur 20 points.

Une note inférieure à 7 est éliminatoire

Seront déclarés admissibles les candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 20 points sur 40.

La liste alphabétique des candidats déclarés admissibles est affichée au Campus Paramédical et disponible sur le site Internet  https://campus-paramedical.chu-dijon.fr le mercredi 3 avril à 16h.

Chaque candidat reçoit la notification de ses résultats par mail.

Aucun résultat n’est communiqué par téléphone.

Une épreuve orale d’admission :

  • Cette épreuve orale porte sur l’étude d’une situation en rapport avec l’exercice professionnel infirmier, dont le sujet est tiré au sort par le candidat parmi les questions préparées par le jury.

Temps de préparation : 20 mn

Durée de l’exposé : 20 mn

Notation sur 20 points

Une note inférieure à 7 est éliminatoire

Listes de classement

 A l’issue des épreuves de sélection, le jury final établit 2 listes de classement différenciant les candidats admis sur :

  • Liste Principale : les candidats ayant un total de points égal ou supérieur à 20 sur 40 sont classés par ordre de mérite

22 places sous réserve de reports des années précédentes

  • Liste Complémentaire : les candidats ayant un total de points égal ou supérieur à 20 sur 40, sans note éliminatoire

Les résultats d’admission sont valables pour la rentrée scolaire au titre de laquelle ils ont été publiés. Pour des raisons exceptionnelles (refus de prise en charge financière, grossesse, congé d’adoption, rejet de demande de congé de formation…), le directeur de l’école peut accepter un report. L’ensemble de ces reports ne peut excéder deux années.

Report de scolarité

Le directeur du Campus peut accorder, dans la limite cumulée de deux ans, un report pour l’entrée en formation dans l’institut de formation :

  • Soit de droit pour cause de maternité, de congé d’adoption, de rejet du bénéfice de la promotion professionnelle, de rejet d’une demande de congé de formation, de rejet d’une demande de mise en disponibilité, la garde d’un enfant de moins de quatre ans.
  • Soit, de façon exceptionnelle, sur la base des éléments apportés par le candidat justifiant de la survenance d’un évènement important l’empêchant de débuter sa formation.

Lorsque, dans une école, la liste complémentaire établie à l’issue des épreuves d’admission n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des places offertes, le directeur de la formation concernée peut faire appel à des candidats inscrits sur la liste complémentaire d’autres écoles, restés sans affectation à l’issue de la procédure d’admission. Ces candidats sont admis dans les écoles dans l’ordre d’arrivée de leur demande d’inscription et dans la limite des places disponibles. Cette procédure d’affectation des candidats dans les écoles ne peut être utilisée que pour l’année scolaire au titre de laquelle les épreuves d’admission ont été organisées.

Aménagement des épreuves

Les candidats présentant un handicap peuvent déposer une demande d’aménagement des épreuves du concours. Ils adressent leur demande à l’un des médecins désignés par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (Maison Départementale des Personnes Handicapées [MDPH]) ou à un médecin agréé par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ils informent l’école lors de leur inscription. Une fois l’accord obtenu, ils transmettent à l’institut de formation la pièce justificative précisant les aménagements particuliers pour les épreuves, dans un délai de 15 jours avant les épreuves.

Conditions médicales d’admission

L’admission définitive en formation est subordonnée à la production, au plus tard le jour de la première entrée en stage, d’un certificat médical de vaccinations, établi par un médecin, conforme à la réglementation en vigueur fixant les conditions d’immunisation des professionnels de santé en France.

Selon l’arrêté du 2 août 2013 fixant les conditions d’immunisation des personnes mentionnées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique : « Les élèves ou étudiants mentionnés à l’article 1er de l’arrêté du 6 mars 2007 susvisé sont soumis aux obligations d’immunisation mentionnées à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique. Au moment de leur inscription dans un établissement d’enseignement et, au plus tard, avant de commencer leurs stages dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention ou de soins, ils apportent la preuve qu’ils satisfont aux obligations d’immunisation mentionnées à l’article L. 3111-4. À défaut, ils ne peuvent effectuer leurs stages ».

Le protocole de vaccination en regard de l’hépatite B nécessite 6 mois. Il est donc impératif de débuter la vaccination dès l’inscription au concours. Si à ce jour, vous n’êtes pas vacciné(e) contre l’hépatite B, il est indispensable de débuter la vaccination, dès l’inscription au concours, en respectant les modalités suivantes :

– 1ère et 2ème injection à au moins un mois d’intervalle ;

– 3ème injection au moins 6 mois après la 1ère injection ;

– dosage des anticorps anti-HBs et de l’antigène de l’hépatite B au moins un mois après la 3ème injection et avant l’entrée en formation.

ACCESSIBILITÉ

L’Institut étudiera l’adaptation des moyens de la prestation pour les personnes en situation de handicap.
Nous vous invitons à nous contacter pour obtenir des informations.

Nous vous invitons à contacter le secrétariat de la filière de formation ou l’un de nos référents handicap pour obtenir des informations.

Résultats

Dossier d’inscription 2024-2025

Plaquette formation

Dossier d’inscription téléchargeable uniquement en période d’inscription.

null
Campus Paramédical
12 Bd Maréchal de Lattre de Tassigny – BP 77908 21079 DIJON Cedex
SIRET : 262 100 076 00294

Directrice : Yamina KROUK
Responsable de formation : Laurence LAGARDE – laurence.lagarde@chu-dijon.fr

Secrétariat : Natacha MONGIN – ERIP@chu-dijon.fr – 03.80.29.33.69

Aller au contenu principal